norme

norme [ nɔrm ] n. f.
• 1160 mettre norme à « régler »; rare av. XIXe; lat. norma « équerre, règle »
1Littér. Type concret ou formule abstraite de ce qui doit être. 2. canon, 2. idéal, 1. loi, modèle, principe, règle. Norme juridique, sociale.
2État habituel, conforme à la majorité des cas (cf. La moyenne, la normale). Être, rester dans la norme. S'écarter de la norme. anormal, déviant. Revenir à la norme.
3(v. 1920) Technol. Ensemble de règles d'usage, de prescriptions techniques, relatives aux caractéristiques d'un produit ou d'une méthode, édictées dans le but de standardiser et de garantir les modes de fonctionnement, la sécurité et les nuisances ( homologation, réglementation). Cahier des normes. Appareil conforme aux normes françaises NF ( normalisation) .
Norme de productivité : productivité moyenne d'une gamme déterminée de produits.
4Ling. Ce qui, dans la parole, le discours, correspond à l'usage général (opposé d'une part à système, d'autre part à discours).
5Dr. Règle de droit; règle juridique.
6Math. Application définie d'un espace vectoriel sur l'ensemble des nombres réels positifs et vérifiant certaines conditions. distance. Norme d'un vecteur, nombre réel positif, noté , mesurant sa longueur.
⊗ CONTR. Bizarrerie, difformité.

norme nom féminin (latin norma) Règle, principe, critère auquel se réfère tout jugement : Se fonder sur la norme admise dans une société. Ensemble des règles de conduite qui s'imposent à un groupe social. Industrie Règle fixant les conditions de la réalisation d'une opération, de l'exécution d'un objet ou de l'élaboration d'un produit dont on veut unifier l'emploi ou assurer l'interchangeabilité. Linguistique Système d'instructions définissant ce qui doit être choisi parmi les usages d'une langue si on veut se conformer à un certain idéal esthétique ou socioculturel. (La norme se confond alors avec le « bon usage ».) Moyenne des divers usages d'une langue à une époque donnée. (La norme correspond alors à l'institution sociale que constitue la langue.) Mathématiques Application définie d'un R (ou C)-espace vectoriel E dans R, généralement notée , qui vérifie les trois conditions : — si x = 0 — pour tout x et y de E, (inégalité triangulaire) — pour tout scalaire λ et x de E, . Psychologie Étalonnage d'un test. ● norme (citations) nom féminin (latin norma) Honoré de Balzac Tours 1799-Paris 1850 Quand tout le monde est bossu, la belle taille devient la monstruosité. La Muse du département Marcel Proust Paris 1871-Paris 1922 Il n'y avait pas d'anormaux quand l'homosexualité était la norme. À la recherche du temps perdu, Sodome et Gomorrhe Gallimardnorme (expressions) nom féminin (latin norma) Nouvelles normes (N.N.), indique qu'un hôtel répond aux normes résultant de la révision en 1974 de celles établies en 1964. Norme française homologuée ou norme NF, ensemble des prescriptions techniques relatives à un produit ou à une activité déterminée, condensées dans un document établi par l'AFNOR. Norme d'un vecteur, image d'un vecteur par une norme. ● norme (synonymes) nom féminin (latin norma) Règle, principe, critère auquel se réfère tout jugement
Synonymes :
- loi
- précepte
- règlement
Ensemble des règles de conduite qui s'imposent à un groupe...
Synonymes :
- système
Mathématiques. Norme d'un vecteur
Synonymes :

norme
n. f.
d1./d Règle, loi à laquelle on doit se conformer; état habituel conforme à la moyenne des cas, à la normale. Ne pas s'écarter de la norme.
|| Spécial. TECH Règle, spécification à laquelle un produit doit être conforme.
|| LING Usage d'une langue considéré comme le modèle du bon langage. Norme scolaire, celle qui est enseignée dans les écoles.
d2./d MATH Norme d'un vecteur: généralisation à un espace vectoriel quelconque de la notion de longueur d'un vecteur de l'espace physique. Syn. anc. module.

NORME, subst. fém.
A. —[P. réf. à une moyenne statistique, gén. sans jugement de valeur: la norme se définit par rapport à une fréquence] État habituel, régulier, conforme à la majorité des cas. Je respecte le père Hugo. J'ai pour lui une admiration énorme, ce qui veut dire hors de la norme (DUHAMEL, Désert Bièvres, 1937, p.147). V. aussi anormal ex. 9:
1. La raison de la supériorité du journal écrit sur le journal dicté est fort simple: la lenteur impliquée dans l'acte même d'écrire induit à un degré de perfection artistique qui se perd d'autant plus dans le journal dicté que la rapidité y est la norme.
DU BOS, Journal, 1927, p.387.
Revenir à la norme, rentrer dans la norme (loc. verb.). Revenir à un état habituel, régulier. Je suis (...) satisfait (...) de reprendre mes habitudes, de retrouver mes vêpres remises à quatre heures (...); nous rentrons enfin dans la norme à partir d'aujourd'hui, alleluia! (HUYSMANS, Oblat, t.2, 1903, p.76). Huit ou dix jours s'écoulèrent durant lesquels, voyant la maison toujours alimentée et Ursule rassérénée, Ida estima la crise [financière] terminée et toutes choses revenues à la norme (ESTAUNIÉ, Mme Clapain, 1932, p.10).
En partic. Modèle courant ou moyenne dégagée statistiquement et qui représente les caractéristiques humaines d'une espèce. Intelligence, poids, taille qui correspond à la norme. [Par personnification, à propos d'un arbre] [Le chêne] ne savait pas qu'il pourrait être plus grand; il ne se faisait pas un crime de n'être pas bâti suivant la norme (JOUHANDEAU, M. Godeau, 1926, p.189).
B. —[P. réf. à un modèle de «type idéal» et quelquefois à une moyenne statistique: le type le plus fréq. étant souvent considéré comme idéal; avec jugement de valeur] Rare. État régulier, le plus conforme à l'étalon posé comme naturel, et par rapport auquel tout ce qui dévie est considéré comme anormal. Anton. anomalie, anormalité. J'aurais aimé de l'entreprendre sur déviation de l'intelligence. Je lui aurais demandé ce qu'était sa norme, son étalon, pour juger d'une intelligence droite (BARRÈS, Cahiers, t.1, 1896, p.80). PSYCHOL. Santé intellectuelle ou psychique. Par moi la Norme est abolie, Et j'applique en toute saison sur la face de la Raison Le domino de la Folie (ROLLINAT, Névroses, 1883, p.252).
C. —[P. réf. à un modèle de «type idéal»: la norme prescrit ce qui doit être en se basant sur des jugements de valeur] Règle, principe auquel on doit se référer pour juger ou agir.
1. ART, SC., TECHNOL.
a) Règle, loi dans un domaine artistique, scientifique, technique; conditions que doit respecter une réalisation; prescription qu'il convient de suivre dans l'étude d'une science, la pratique d'une activité, d'un art. Normes journalistiques, rédactionnelles; oeuvre exécutée selon la norme; conforme aux normes; les normes officielles d'un sport. L'artiste cherche hors de lui une norme dont les maîtres ont soi-disant le dépôt sacré (ÉCORCHEVILLE, Suites orch., 1906, p.75). [Les] principes d'identité, de non-contradiction qui sont la norme de tout discours humain (MASSIS, Jugements, 1923, p.274):
2. Les correcteurs, jugeant selon les normes habituelles, n'avaient pas donné aux copies indigestes les notes que les richesses produites avaient fait espérer à leurs auteurs.
CAPELLE, Éc. demain, 1966, p.156.
Loc. verb.
Faire entrer dans les normes. Faire entrer dans les règles, les lois de:
3. ... cette entité se montre rebelle lorsque l'esprit humain tente de la faire entrer dans les normes qu'il a lui-même forgées pour classer les objets de l'univers qui lui est accessible, ce qui constitue, en somme, le but princeps de toute science. Ne serait-ce pas que ces normes sont en réalité trop rigides?
P. MORAND, Confins vie, 1955, p.157.
Poser les normes de. Fixer les règles, les lois de. Elle posait les normes du bon goût, de la délicatesse et l'on ne pouvait s'empêcher de les percevoir dans ses retraits soudains, ses silences blessés, ses expressions (SAGAN, Bonjour tristesse, 1954, p.23).
b) Emplois spéciaux
) GRAMM., LING. Règles définissant ce qui doit être choisi parmi les usages d'une langue, ce à quoi doit se conformer la communauté linguistique au nom d'un certain idéal esthétique ou socio-culturel, et qui fournit son objet à la grammaire normative ou à la grammaire au sens courant du terme (d'apr. Ling. 1972 et GREIMAS-COURTÉS 1979); tout ce qui est d'usage commun et courant dans une communauté linguistique etcorrespond alors à l'institution sociale que constitue la langue (d'apr. Ling. 1972). Norme d'usage. La norme se confond avec la correction quand les sujets parlants considèrent la norme comme obligatoire (MAR. Lex. 1933). Un argument fréquent évoqué est celui de l'«autorité» des «bons» auteurs, argument qui débouche souvent sur un cercle vicieux: on cherche la norme chez les «bons» auteurs, mais on définit aussi le «bon» auteur comme celui qui respecte la norme! (Lang. 1973). La norme sociale peut contrarier la norme linguistique en considérant certains signes comme hors code (purisme) ou en imposant des signes qui n'ont pas cours (néologie officielle de commissions) (REY Sémiot. 1979).
) INDUSTR., TECHNOL., subst. fém. plur.
Ensemble de données (mesures, caractéristiques, qualités, formules de composition) définissant un matériau, un produit, un objet ou un procédé permettant de rendre la production (d'un matériau), la mise en oeuvre (d'un procédé) plus simple, plus efficace, rationnelle ou économique, et de servir ainsi de référence pour résoudre les problèmes répétitifs (d'apr. RAMA 1973). Normes homologuées, officielles; normes françaises, internationales; normes techniques; normes de construction, d'équipement, de fabrication, d'insonorisation; normes anti-pollution; normes en vigueur; appareil, objet conforme aux normes. La standardisation du mode de conduite élimine les cépages qui ne peuvent se plier aux nouvelles normes qui leur sont imposées (LEVADOUX, Vigne, 1961, p.115). Personne ne s'était avisé que, pour faire plus petit sans abaisser le rendement, on devait s'écarter résolument des normes habituelles et inventer un moteur [à gaz] nouveau (P. ROUSSEAU, Hist. transp., 1961, p.489). V. normalisation ex. de Cléret de Langavant:
4. Au stade de la production [du bois], le premier problème est également celui de la normalisation des fabrications. Il existe actuellement un nombre relativement important de normes françaises, notamment pour les produits demi-finis, les parquets, les menuiseries en bois, l'ameublement et les emballages, mais ces normes ne sont pas obligatoires et elles sont souvent ignorées...
Industr. fr. bois, 1955, p.7.
Norme Française homologuée ou NF. ,,Le produit normalisé peut se voir accorder la consécration de la marque nationale portant garantie de conformité aux normes: En France, marque nationale NF`` (RAMA 1973).
En partic. Normes (de production, de rendement). Productivité moyenne (d'un ouvrier, d'une industrie) calculée selon les principes en usage (d'apr. BRANC. Écon. 1978). Les normes de production n'ont pas été respectées. Le plan d'État, (...) prévoit un accroissement graduel, d'année en année, de la productivité, notamment par l'augmentation des «normes» de rendement imposées à la main-d'oeuvre (Le Combat, 19-20 janv. 1952, p.5, col.6-7):
5. En économie capitaliste, les normes de production servent à fixer le planning de l'entreprise, à rémunérer le travailleur proportionnellement à son effort, et à calculer les prix de revient. En économie planifiée, des normes de production sont fixées non seulement aux travailleurs, mais aux entreprises: elles déterminent les quantités à produire en fonction des moyens matériels existants et des efforts possibles.
SUAVET 1963.
2. DR. Règle juridique, disposition constitutionnelle. Synon. loi, règlement; anton. illégalité. La formule selon laquelle la nation garantit à l'individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement est trop vague pour qu'on puisse en déduire une norme juridique véritable (VEDEL, Dr. constitut., 1949, p.326). Au choix individuel s'oppose la force sociale de la norme juridique (J. VUILLEMIN, Être et trav., 1949, p.113).
3. PSYCHOL. SOC. Règles, prescriptions, principes de conduite, de pensée, imposés par la société, la morale, qui constituent l'idéal sur lequel on doit régler son existence sous peine de sanctions plus ou moins diffuses. Synon. coutume, convenance, morale. Normes fondamentales, traditionnelles; normes de la collectivité, de la morale chrétienne, du milieu, de la profession, de la société, de la vie militaire; normes d'honnêteté, d'humanisme; ériger, imposer des normes. La religion se présente au sociologue comme une puissance de stabilité, de bon ordre moral et social, comme une norme doublant d'une référence divine les règles terrestres du bien-vivre (Univers écon. et soc., 1960, p.64-9). [Le mariage et la nuptialité] sont soumis dans les diverses sociétés ou dans les divers groupes à des normes culturelles ou à des contingences économiques qui en abaissent ou en relèvent l'âge (Traité sociol., 1967, p.280):
6. L'acte bon est celui qui va dans le sens de l'histoire, l'acte mauvais celui qui s'y oppose: le progrès de l'humanité, voilà donc la norme suprême qui permet de juger de la valeur morale de l'action.
LACROIX, Marxisme, existent., personn., 1949, p.20.
Rentrer dans la norme (loc. verb.). Se conformer à la norme, aux règles sociales, après un temps de libération hors norme; retomber dans la soumission à la norme, aux habitudes et aux valeurs dominantes. Je ne pense pas qu'il y ait grave inconvénient pour le surréalisme à enregistrer la perte de telle ou telle individualité [à propos de Desnos] (...) au cas où celle-ci (...) indique par tout son comportement qu'elle désire rentrer dans la norme (BRETON, Manif. Surréal., 2e Manif., 1930, p.150).
En partic. Loi d'usage, état légal, conforme à la règle établie par la société. Synon. système. Être hors la norme; les hors la norme sociale. Une vieille Sapho, délaissée par ses amants, rentre dans la norme conjugale; désintéressée de l'amour, elle revient à l'hyménée (PROUDHON, Syst. contrad. écon., t.1, 1846, p.336).
P. méton., rare. [À propos d'une pers., d'un comportement] Modèle, idéal parfaitement conforme aux valeurs de la société. V. critiquer ex. 3.
D. MATH. Norme (d'un vecteur). Grandeur qui est attachée à chacun des éléments d'un espace vectoriel; dans un espace euclidien, somme des carrés des composantes de ce vecteur. Le problème capital du prolongement d'une fonctionnelle linéaire continue avec conservation de sa norme est définitivement résolu par Hahn de façon tout à fait générale, par un raisonnement de récurrence transfinie sur la dimension (BOURBAKI, Hist. math., 1960, p.242). Soit E un espace vectoriel sur le corps des nombres réels ou sur le corps des nombres complexes. On appelle norme sur E une application de E dans l'ensemble R+ des nombres réels positifs (CHAMB. 1972).
REM. Normaliste, subst., hapax. Mais quoi prendre chez eux [les prophètes juifs en partic. Durkheim], à transporter aux autres. —Croyez-vous qu'on transporte jamais? —L'Église le fait, son prêtre le fait..., et puis chez vos philosophes il y a désaccord. —Pas plus qu'entre normalistes et réalistes au temps où la pensée chrétienne n'était pas constituée (BARRÈS, Cahiers, t.9, 1912, p.404).
Prononc. et Orth.: []. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1. Ca 1165 mettre norme a «régler (une affaire)» (BENOÎT DE SAINTE-MAURE, Troie, 3269 ds T.-L.); 2. 1284 «règle» (BRUNET LATIN, Trésor, ms B.N. 12581, fol. 9); 3. 1867 «état habituel, régulier» (HUGO, Paris, p.15); 4. 1932 techn. (Catal. instrum. lab. [Prolabo], p.284); 5. 1932 dessin (Lar. 20e). Empr. au lat. norma «équerre, règle, loi». Fréq. abs. littér.: 189. Bbg. BAGGIONI (D.), KAMINKER (J.-P.). La Norme, gendarme et bouc émissaire. La Pensée. 1980, n° 209, pp.50-63. —COPPEL (A.). La Norme. In: Manuel de ling. appl. 4. Paris, 1976. —Fr. Monde. 1982, n° 169 (Les Normes du français), 79 p.—GUEUNIER (N.), GENOUVRIER (É.), KHOMSI (A.). Les Français devant la norme. Paris, 1978, 205 p. — HELGORSKY (F.). Norme et hist. Fr. mod. 1982, t.50, pp.15-41; La Notion de norme en ling. Id. pp.1-14. —Lang. fr. 1972, n° 16 (La Norme), 132 p.— MARTIN (R.). Normes, jugements normatifs et tests d'usage. Ét. Ling. appl. 1972, n°6, pp.59-74. —MARTY (R.). La Norme, l'institué de la lang. Cercle de ling. et de pédag. du fr. B. 1976, n°1, pp.41-44. —MULLER (Ch.). Fréq. des mots et stat. lex. Fr. mod. 1978, t.46, pp.1-5.

norme [nɔʀm] n. f.
ÉTYM. V. 1160, mettre norme à « régler »; rare jusqu'au XIXe; lat. norma « équerre; règle, loi ».
1 Didact. ou littér. « Type concret ou formule abstraite de ce qui doit être, en tout ce qui admet un jugement de valeur : idéal, règle, but, modèle suivant les cas » (Lalande. → Normatif, cit.). Canon, loi, principe, règle. || Norme juridique, sociale (→ Autonomie, cit. 3).
2 (XIXe). État habituel, ordinaire, régulier, conforme à la majorité des cas (→ La moyenne, la normale). || S'écarter de la norme (être déviant, marginal). || Revenir à la norme. || Norme sociale (→ ci-dessous, 5).
0 Ce n'est pas en ramenant l'homme au niveau du vital, des passions charnelles les moins relevées, qu'on atteint à l'œuvre d'art. Sans doute parvient-on à exprimer une certaine norme humaine, un ensemble de faits où les individus sont peu différenciés; mais l'art est précisément ce qui, partant de cet humus où tout se mêle dans l'uniformité, atteint à la plus grande individualisation.
Daniel-Rops, Ce qui meurt…, p. 94.
3 (V. 1920). Techn. Formule qui définit un type d'objet, un produit, un procédé technique en vue de simplifier, de rendre plus efficace et plus rationnelle la production dans un secteur économique donné. Normaliser, normalisation. || Objet conforme aux normes. Standard, type. || Les normes AFNOR 150 ( Normalisation).
Norme de productivité : productivité moyenne d'une gamme de produits.Norme française, ou norme NF : document de référence qui définit l'ensemble des prescriptions techniques concernant des produits ou des méthodes déterminés. || La norme a vocation pour servir de référence technique dans les textes réglementaires.
4 Ling. a (Sens objectif). Ce qui dans la parole, le discours, correspond à l'usage général (opposé d'une part à système, d'autre part à discours). Syn. : usage.On dit souvent, dans ce cas, norme objective, pour distinguer du sens prescriptif.
b (Sens prescriptif). Usage d'une langue valorisé et considéré comme préférable ( Normatif).
5 (Fin XIXe, chez Durkheim; terme repris et diffusé sous l'infl. des sociologues anglo-saxons : angl. norm). a Sociol. Manière de faire, de se comporter ou de penser, souvent majoritaire (→ ci-dessus, 2.), socialement définie et sanctionnée, selon un système de référence implicite ( Idéologie, valeur) ou explicite ( Règle; droit, loi). || Les normes et la pratique. || Conformité aux normes. Normalité. || Normes sociales, juridiques. || Normes officielles, institutionnalisées, prescriptives. || Caractère éthique, moral de certaines normes. || Mœurs et normes. || Étude psychologique des normes sociales.
(Collectif). || La norme. || Conception durkheimienne de la norme sociale. || La norme de l'activité professionnelle. Déontologie. || Conception génétique de la norme (Piaget, la Formation du jugement moral chez l'enfant).
b Dr. Norme, règle juridique.
6 (V. 1930). Math. || Norme d'un vecteur, nombre réel correspondant à sa mesure. Distance. || Vecteur muni d'une norme. Normé.
CONTR. Bizarrerie, difformité.
DÉR. Normé, normer.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Normé — Norme Pour les articles homonymes, voir Norme (homonymie). Une du latin norma, « équerre, règle ») désigne un état habituellement répandu ou moyen considéré le plus souvent comme une règle à suivre. Ce terme générique désigne un… …   Wikipédia en Français

  • normé — norme [ nɔrm ] n. f. • 1160 mettre norme à « régler »; rare av. XIXe; lat. norma « équerre, règle » 1 ♦ Littér. Type concret ou formule abstraite de ce qui doit être. ⇒ 2. canon, 2. idéal, 1. loi, modèle, principe, règle. Norme juridique, sociale …   Encyclopédie Universelle

  • Norme NF — Norme française La marque NF est un label officiel français de qualité, délivré par l Association française de normalisation (AFNOR), qui atteste de la conformité aux normes françaises. Son exploitation est confiée à AFNOR Certification (filiale… …   Wikipédia en Français

  • normé — orthonormé …   Dictionnaire des rimes

  • Norme — Pour les articles homonymes, voir Norme (homonymie). Une norme, du latin norma (« équerre, règle ») désigne un état habituellement répandu ou moyen considéré le plus souvent comme une règle à suivre. Ce terme générique désigne un… …   Wikipédia en Français

  • norme — (nor m ) s. f. Se dit quelquefois pour règle, loi, d après laquelle on doit se diriger. HISTORIQUE    XVe s. •   Sans regle ni sans norme, COQUILLART p. 119, dans LACURNE. ÉTYMOLOGIE    Lat. norma, équerre, et fig. règle, modèle. Norma est… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • norme — multinorme norme énorme …   Dictionnaire des rimes

  • norme — Standardisation des comportements et de leur évaluation morale, propre à chaque société. Si cette interdépendance collective fait horreur aux libertins il reste qu’une norme physiologique c’est à dire biologiquement programmée propre à l’espèce… …   Dictionnaire de Sexologie

  • norme — standartas statusas Aprobuotas sritis Standartizacija ir metrologija apibrėžtis Pripažintos standartizacijos institucijos parengtas ir priimtas dokumentas, kuriame optimaliai tvarkai tam tikroje srityje įvesti nustatomos visuotinės… …   Lithuanian dictionary (lietuvių žodynas)

  • norme — standartas statusas Aprobuotas sritis Gynyba apibrėžtis Sutarimu parengtas ir pripažintos institucijos patvirtintas dokumentas, kuriame optimaliai tvarkai tam tikroje srityje įvesti nustatomos visuotinės taisyklės, bendrieji principai ar… …   Lithuanian dictionary (lietuvių žodynas)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.